Inversion : 1ère montée d’une habituelle descente.


Samedi après midi avant que le temps ne se gâte je décide d’aller faire une sortie aux batteries hautes du Murier :

6km A/R et 390D+

Pour la première fois j’emprunte la montée Chaberte (toujours pris en descente jusqu’alors).

Belblog utilise cette montée comme test de forme.

c’est assez violent , puisque sur 650m seulement on parcourt 150D+ avec des pentes de plus de 40%.

La Montée Chaberte

Le chrono est donc mis à zéro au pied de la montée .

(après seulement 5′ d’échauffement..)

Je prends le départ en courant sans forcer, la pente est régulière et assez droite sur la première partie du parcours, puis après la cascade, la pente s’accentue et la montée se fait en lacets, le rythme baisse et je dois marcher sur cette portion. Le plus dur entant un manque de souffle et un rythme cardiaque élevé ( pas pris le cardio, mais je devais être dans le rouge). S’en suit un léger replat et la pente reprend sur un chemin droit et régulier pour rejoindre la route goudronnée qui mène au Murier.

résultat du test : 7min30

soit  1200m D+ /h

Belblog a réalisé le 8 Février cette petite tuerie en 6′…soit 1400m/h (et encore, il sort d’une longue période d’arrêt) 😉

Voila ce que je vaux aujourd’hui, je reviendrai faire un test par ici de temps en temps.

Je suis biensur conscient que l’effort est court,  et n’est pas une référence à prendre pour s’évaluer sur  un trail.

 

 

Après avoir récupéré quelques minutes, je continue mon parcours en direction des Batteries.

Je quitte la route pour un passage en sous bois

 

Le printemps n’est pas loin et les abords du sentier sont tapis de primevères.

Arrivé aux batteries le temps s’est couvert, je rencontre au sommet du promontoire un randonneur d’une cinquantaine d’année, passionné comme moi par cette colline et qui vient aussi souvent ici.  Nous discutons des différents chemins existants aux alentours.

Il me faut maintenant redescendre, quelques gouttes commencent à tomber et la température a nettement baissée.

Je fait les 3 km qui me ramène a la maison en 16′ .

 

Borne militaire aux batteries hautes

 

Inverser un itinéraire peut être un exercice intéressant, même si le dénivelé est identique le profil peut être bien différent.

Aujourd’hui quelques douleurs aux cuisses…mais content d’avoir fait cette montée  que je ne n’osait aborder qu’en descente : Merci Belblog pour m’avoir motivé en lisant tes billets.

Publicités

Courir ensemble à 6000km de distance


aujourd’hui dimanche Luc notre cousin outre atlantique, que toute la Runnosphère commence à connaître, participait au marathon Winterman d’Ottawa.

Je m’étais promis de l’accompagner au moment du départ : 08h30 heure local soit 14h30 heure française.

Ottawa/Grenoble : 6084km

Avec plus de 6000Km de distance  et pourtant à une latitude quasiment identique (45eme Paralléle) les températures sont bien différentes.

Ici c’est sous un ciel couvert et 8°C  que je m’apprête à partir courir, alors que coté Canada  il fait -14°c et un vent à 25km/h…

Il est 14h00, et je jette un petit coup d’oeil sur les webcams d’Ottawa.

Beaucoup de véhicules cherchent des places et quelques coureurs s’échauffent..

Webcam Ottawa proche du départ

Il est temps de partir,  et Luc doit entendre à ce moment là le coup de canon du départ.

Mon parcours et plat et suit la piste cyclable, pour 10km aller/retour.
Apres quelques kilomètres je me demande si Luc sait que je cours en même temps que lui.
Une brise se lève et je trouve que le temps se refroidit .
Hasard ou destiné je tombe nez à nez avec cette publicité pour un opérateur téléphonique bien connu :
Croyait ce que vous voulez, mais il y avait quand même bien peu de chance
que je vois le mot  Canada le long de mon parcours….!?! 😉
10km et 1h. J’aurai accompagné Luc durant plus de 2 tours (voir ses résultats ici).
Bravo à lui qui finit en 3h38 dans des conditions très difficiles, qu’il nous relate sur son blog  trainingforboston .

Du monde virtuel au monde réel


Noostromo et Clara ont réussi Grenoble!

Non, « Nike+active » n’a pas sorti une version spéciale tour de France!!

Là, on n’est plus dans le virtuel!  Et j’ai eu bien du mal à réaliser hier que j’allais rencontrer deux membres incontournables de la Runnosphère pour de vrai . « IRL » comme ont dit.

Tout c’est mis en place très vite avec l’amiricoré, après quelques échanges de mails, tout le monde est dispo pour un footing à midi au stade Bachelard…(incroyable).

Comme vous le savez surement tous trois vont participer ce dimanche au snow trail de l’Ubaye . Voila l’explication.

Je rejoint le stade vers 12h, et repère un groupe de 3 personnes, pas de doute, ce sont eux, c’est bien la foulée de l’Amiricoré, le sourire de Clara et, Noostro dans toute sa grandeur 😉 !

Nous voila tout les 4 pour un tour du propriétaire, j’ai la langue bien pendue (n’est ce pas), mais  tellement de choses à se dire en peu de temps, par où commencer, mes questions fusent!

Raphaël un ami de Michael se joint à nous , j’ai pris mon portable et il nous permet d’immortalité cette rencontre :

Une partie de la Runnosphère sous le soleil Grenoblois

Je n’aurai jamais cru qu’un jour Noostromo et Clara se retrouvent ici, à nos côtés pour un footing….J’imaginais plutôt une rencontre sur une course…mais vu  le nombre de course au quelle je participe, ça n’aurait pas été avant quelques années 😉

Apres une douche et un mini ravitaillement, Michael doit re prendre le chemin du boulot.

Moi, j ‘ai encore un peu de marge, et j’accompagne en voiture nos deux hôtes jusqu’au  centre ville.

On s’installe dans une crêperie avec un personnel un peu surbooker qui tarde à nous servir.

Je partage avec eux un verre à la santé de la Runnosphère, et lorsque leurs plats arrivent je dois deja quitter les lieux car l’heure tourne.

Voila une bien belle rencontre, j’avais en début d’année laissé  ce commentaire sur le blog de Noosto………mon voeu c’est réalisé !

A la découverte d’un nouveau sommet


Retour sur ce lundi midi.

Après ce week end durant lequel je n’aurais pas pu courir pour divers raisons,  le temps est annoncé chaud et ensoleillé et je décide donc de faire une sortie nature entre 12h et 14h.

Départ direct du boulot, direction les Vouillants, contrefort du massif du Vercors, pour 8km A/R et 350D+ en 1h05 , avec une arrivée au Mont Roland, une nouvelle découverte pour moi!!

Je n’ai pas osé  le short, mais avec plus de 11°c c’etait jouable.

Ici, le dénivelé démarre immédiatement, pas le temps de s’échauffer ( pas très bon..mais time is time) et on prend vite de la hauteur :

 

Aprés une montée que je commence à bien maîtriser, j’arrive au pré Faure, et une fois de plus l’effort est récompensé:

 

Ici plusieurs choix sont possibles, j’opte pour le parcours le plus ensoleillé, je veux en effet profiter au maximum de cette super journée printanière.

A une intersection je décide de prendre le chemin du Mont Roland, je ne suis jamais monté au sommet car c’est une zone de réserve interdite, mais plus de panneau, la voie est donc ouverte, je vais pouvoir enfin découvrir ce sommet.

A l’ombre, on retrouve quelques traces de gelées, preuve que les nuits sont encore bien fraîches et que nous sommes seulement qu’en février…

Quelques passages où les ronces m’enpechent d’avancer normalement, je ne sais pas trop où je vais, mais quelques panneaux me font comprendre que je suis sur la bonne voie et que j’approche du sommet:

Et me voila récompensé, j’arrive sur cette petite plateforme où l’on a un joli  point de vue sur l’agglo. et même sur le Mont Blanc (peu visible sur la photo)

 

Mont Rolland (alt 549m)

On voit bien ici la couche de pollution qui stagne sur la ville et explique que l’air froid reste en fond de vallée.

Je serai bien resté là tout l’apres midi , mais j’ai encore du TAF et l’heure tourne.

 

Le retour ce fait par le même itinéraire et après un passage au stade pour la douche, je suis de retour à mon poste à 14h.

Content d’avoir fait une nouvelle découverte, j’avais déjà lorgné sur ce mont sans avoir pu y accéder, et j’avais abandonné l’idée, pensant que le sommet était une zone de réserve, ce n’est plus le cas (au vu des panneaux), je ne manquerais pas d’y revenir.

Bonus vidéo