Dimanche : »double effet »


Si on regarde mon carnet d’entrainement on pourrait croire que j’ai arrêté la course à pied, car depuis début Mai, plus aucune info….Non, je n’ai pas arrêté, simplement un manque de rigueur de ma part . Il faut dire que n’ayant aucun objectif, si ce n’est me faire plaisir, et n’ayant aucun mouchard avec moi lors de mes sorties, il m’est maintenant bien difficile de compléter  à posteriori ce carnet. Mais grâce à mon blog certaines sorties vont pouvoir être mise à jour, laissez moi quelques temps, il faut juste que je m’y mets.

Après cette parenthèse purement  théorique, retour a la pratique, avec cette semaine une sortie nature mardi midi, et un mini « TTTrail running » à Bachelard avec Michael et Nino.

Et enfin :

Ce dimanche matin, avec 18°c, je me dirige du cote du belvédère de Montavie, sous un ciel sans nuage pour 8km et 250D+.

Je suis surpris car le chemin a été tassé, plus de pierres, des engins sont passés par là..Après le premier kilomètre je comprends mieux :

La faute à EDF. Il semblerait qu’il s’agisse d’enfouissement de lignes électriques, heureusement la terre est sèche, mais le chemin a perdu un peu de son charme…ça n’est pas loin de ressembler à une route, manquerait plus qu’un peu de goudron….. (j’espère bien que non)!!

Je rejoins après Tavernolles la route du fort de Montavie , il est 9h00 et il faut deja trop chaud.  Je regrette de ne pas être parti plutôt.

Je n’irais pas jusqu’au Fort, surement fréquenté de nuit durant ces périodes de fortes chaleur…

Je m’arrêterai au Belvédère  (alt 440m) où m’attends ma fidèle supportice :

Et oui Maya, j’ai encore oublié d’amener de quoi lui donner à manger…mais c’est pas l’herbe qui manque ici, et une « mule-bar » pour une chèvre, c’est un peu déplacé, non?

Elle serait capable de se vexer 😉

Le retour se fera par la foret, puis piste cyclable coté ombre jusqu’à la maison.

De retour, je retrouve ma petite famille et  nous décidons d’aller faire un  tour du coté du sud….du sud de quoi…Du sud Isére, plus précisément au Cœur de L’Oisans, berceau du Taillefer Trail Team (comme c’est bizarre…).

Direction Bourg d’Oisans, avec au passage, une visite du musée des minéraux et de la Faune, puis direction le village de Besse en Oisans :

Un hameau de maison en pierre qui fait la particularité de cet endroit

Sous ce soleil ecrassant les anciens profitent de ce beau temps mais préfèrent toutefois rester à l’ombre.

On s’installe pour boire un coup…Mais je suis interpellé par l’endroit..ce gite me parle, je l’ai deja vu quelque part..

Mais oui, c’est ici que Michael avait fait son stage l’année dernière presque jour pour jour…un retour aux sources du TTTrail, puisque c’est durant cette rencontre avec Jean-Marc qu’est née l’idée de l’association.

Nous ne serons pas monté au plateau d’Emparis..dommage, ça sera pour une autre fois.

Sur la route du retour petit arrêt a Mizoen, avec vue sur le Barrage du Chambon en contre bas.

J’aime ce type de journée bien remplie, avec une sortie matinale course à pied et une sortie apres midi en famille :  c’est ça le double effet !!

Mes dernières sorties : pentes, côtes.


Vendredi dernier retour dans les contreforts du Vercors pour la sortie nature du12/14.

8km et 250D+, direction « le désert Jean-Jacques Rousseau ».

désert signifiant canyon entre deux falaises, celui ci ayant été creusé il a y plus de 8000 ans lors de la fonte du glacier de l’Isère.. Et oui, a l’époque l’emplacement de la futur ville de Grenoble était recouvert de plus de 1000m de glace!!

Apres plus d’un an de fermeture pour raison de sécurité et travaux de purge de roches instables, les portes sont enfin ouvertes  🙂

Je suis heureux de retrouver cet endroit hors du commun. Mais pourquoi désert « Jean-Jacques Rousseau« , tout simplement parce que celui ci lors de son séjour à Grenoble aimait s’y promener et s’y ressourcer ….tout comme moi d’ailleurs….Le parcours se fait le long de  falaises hautes de plusieurs dizaines de mètres, avec des arbres aussi haut, à la recherche de la lumière. Et  Même si cela vous semble  contradictoire, c’est bien en plein désert qu’on viendra chercher un peu de fraîcheur  lors d’une chaude journée d’été.

Je vous laisse découvrir cet endroit :

-Lundi, jour férié, contrairement à ce qui était prévu, j’ai la chance de ne pas travailler, et j’en profite pour aller « jardiner » sur la colline à la recherche de nouveaux itinéraires.

1h30 et environ 500D+.

Apres un passage près de l‘ancien camp militaire de Poisat, je découvre que certain ont  laissés une trace de leur séjour ici il y a maintenant plus de 100 ans.

 

j’entame ma montée habituelle et grâce aux cartes IGN de 1937,  je prends pour la première fois un  ancien sentier, et c’est parmi les ronces qui rejoint le sommet des Civières à 742m D’alt.

Je descendrai avec quelques belles griffures aux jambes, mais content d’avoir découvert un nouveau passage.

 

Quand la nature reprend ses droits


Lexel lorsqu’il ne court pas, et bien il fouine sur le net, et il a toujours le don de nous dénicher d’excellents sites. Son dernier billet nous fait découvrir la possibilité d’accéder à d’anciennes vues d’avion grâce à IGN.

Allez sur son billet,  il explique ça bien mieux que je ne pourrais le faire.

Apres quelques soucis pour ouvrir les fichiers jp2, je découvre toute la richesse de ces clichés dont certains remontent à plus de 70 ans.

Ni une ni deux, je décide de jeter un oeil sur mon parcours le plus habituel : La montée des 4 seigneurs.

Je trouve une vue d’avion gratuite datant de 1937!

C’est passionnant de retracer son parcours sur une carte  de 74 ans.

Et la, stupeur!!

Ce parcours étant principalement sur la colline derrière chez moi, je me rends compte que le paysage a bien évolué…Normal me direz vous!

Mais, je m’attendais à plus d’urbanisation, et là, ce n’est pas le cas…Le vie moderne au contraire aura fait avancer la foret..Je m’explique, en effet, de nombreuses exploitations agricoles n’existent plus aujourd’hui et c’est la végétation qui a repris le dessus…Le monde rural a petit à petit disparu…Moi qui croyait que la foret que je traverse avait toujours été là, qu’elle surprise!!

Voila ci dessous une partie de mon trajet lors de ma montée au 4 seigneurs à quelques 600m d’alt, version 2011, puis version 1937 :

 

J’ai volontairement re-traité la photo 2011 de Google Maps en noir et blanc

Au dessus de Romage Année 2011

pour bien mettre en évidence les changements avec celle d’IGN de 1937

Au dessus de Romage Année 1937

J’ai beaucoup d’autre choses à découvrir grâce a ces clichés, notamment retrouver d’anciens chemins abandonnés, et essayer d’aller retrouver quelques ruines..Voila de nouveaux objectifs pour des sorties natures à la recherche du passé!

Merci Lexel, merci IGN  😉

Trail de l’oisans : de la pluie sur les corps mais du soleil dans les coeurs


Le week-end end special Taillefer trail team a démarré pour moi  samedi après midi. C’est au alentour de 15h, sous une température de 29°c, qui je récupère à la gare de Grenoble, Clara et Nicolas.

On se retrouve comme si l’on s’était quitté la veille, et pourtant, notre dernière rencontre datait de Février.

Direction Ornon, pour retrouver, au gite du Chamois, le reste de la Team :

Après la montée depuis Grenoble, le temps s’est bien couvert. A notre arrivée, nous retrouvons sur place David, Virginie et Christophe venus la veille.  Arrive enfin le reste des trailleurs:

Michael, Jean-Marc, François, Fabrice et son ami Dominique.

S’en suit la première assemblée générale de l’association et c’est deja l’heure du repas, avec au menu, un bon plat de lasagne.

C’est aussi  l’heure  des signatures : Nous voici enfin « administrativement » membre du TTTrail :

Virginie en plein effort

C’est vers 22h30 que nous prendrons la direction des chambres pour une nuit agitée, où le  sommeil n’arrivera pas. Aller se coucher tout de suite après le repas, c’est pas dans mes habitudes…

Le matin, à 6h00 le réveil est bien  difficile  pour tout le monde…Et après avoir ouvert les volets, on découvre toujours un ciel chargé et une température bien fraiche. s’en suite alors le fameux dilemme de la tenue idéale….Court, long…veste…coupe-vent…

Je découvre là pour la première fois que courir loin de la maison n’est pas chose facile, et j’ai du mal a trouver mes repères, un t-shirt à droite, une veste sur le placard…Où  ai je mis mes gels? Qu’ai je fais des épingles pour le dossard?  Tout ça avec 4 autres personnes dans 10m2, pas évident..

C’est l’heure de rejoindre Ornon à 10 min de voiture pour le départ du Trail, avec un brouillard qui va vite laisser place à la pluie.

Le départ du 30km est donné à 8h30, avant le 10 km et le 20km qui partent ensemble à 9h.

Nous regardons partir Michael, David, François, Dominique et Bruno sous la pluie qui s’intensifie. Notre tour arrive vite, et nous rejoignions le point de départ 200m en contrebas.

Je me place un peu en retrait au côté de Clara, Virginie, Nicolas et Christophe. Fabrice se met en retrait, avec les marcheurs…Il n’y restera pas longtemps 😉

Et c’est parti pour une montée « sèche » de 800D+ sur un peu plus de 6 km. Lors des premiers kilomètres  les glissades sont nombreuses et il faut avoir l’œil partout. Nicolas part devant, et quelques temps plus tard,  c’est Fabrice, qui me remonte et me dépasse tel un chamois, je comprends alors que même blessé il est d’un niveau bien au dessus du mien. Je suis content pour lui qui semble avoir aujourd’hui retrouvé ses jambes et quitté son bocal.

Nous arrivons à  un hameau où l’on retrouve ici le ravitaillement en eau. D’après les bénévoles, nous n’avons fait que 300D+, j’avais l’impression  d’en avoir au moins fait 500!!!

Pas de replat, ça grimpe toujours et toujours avec la même intensité. J’ai a ce moment là un petit coup de mou, prêt à lâcher prise.

La pluie se calme un peu et je quitte la veste Colombia Mission Ridge que je teste pour la première fois.

le chemin sort enfin de la foret et on arrive sur un magnifique plateau, le temps se lève un peu et nous laisse découvrir quelques sommets.

On rejoint alors une piste moins pentue  où je me remet à courir.

Et c’est reparti pour encore 1.5km de montée avant le sommet que j’atteins en 01h10.

Avant de plonger dans la descente, je fini la demi Mulebar reglisse entamée dans la grimpette et  je prends le temps d’enfiler mon coupe vent.

Là on retrouve les coureurs du 30km, et ça descend vite. Moi je joue l’assurance, car ça glisse,  surtout dans la foret, où le sol est tapis de feuilles mortes, véritables pièges!

La fin est proche plus que 50m….. oui, mais 50m de montée,  je trouve la force de les courir et je termine en 1h49.

Après cet effort je ne peux rester en place et je dois marcher pendant un bon moment.

Le reste de la Team arrive petit à petit, Clara, Virginie, et Christophe, puis Nicolas, François, Bruno, Michael, puis  David et Dominique .

Après quelques navettes Gite/Ornon pour les douches, nous nous retrouvons sous le soleil pour un repas bien mérité durant la remise des prix.

Un petit Génépi (merci fab) et c’est deja l’heure de refaire les sacs et de redescendre dans la vallée, les corps bien fatigués mais des souvenirs plein la tête.

Je retiendrais de ce week end pluvieux :  la difficulté d’un trail de montagne.

Mais je retiendrais principalement tout le soleil qu’à généré cette rencontre, l’échange et le partage d’ une même passion entre amis, venus pour se faire plaisir.

A mon retour, je mets mes affaires dans la machine à laver…Tiens, ils sont mouillés…aurait il plu ce week end?

je n’en n’ai pas souvenir……

Prochaine vol de la Team,  le 21  Octobre : direction les Templiers.. Préparez vos billets !! 😉

Votre attention s’il vous plait.