Une sortie dominicale toute en harmonie


Ce dimanche, de nombreux coureurs de la Runnopshère participaient au Paris-Versailles, et un peu plus haut en direction du Nord, dd2012 s’alignait aussi pour grimper quelques terrils. C’est pourquoi,  je me suis dirigé vers un autre endroit célèbre de la révolution Française , à une dizaine de kilomètres de chez moi, plus précisément au château de Vizille, pour grimper sur un gros « terril » de 975D+  : « Le Montsec »

Voila pour les infos à la montée.

Dans la nuit de samedi à dimanche de gros orages se sont abattus dans le secteur et au réveil les sols sont bien détrempés.

Le départ est pris au pied du château sur le GR549.  Mon « terril » local commence seulement à sortir du brouillard.

Avec une T° de 17°C Je suis en short et t-shirt court, sac Mobex Columbia, la fermeture éclaire de mon kalenji ayant définitivement rendu l’âme…

Jusqu’au lieu dit « Montjean », le chemin est assez régulier en sous bois, l’ambiance est bien automnale.

Je me fais doubler par un 4×4 de chasseur et respire quelques gaz d’échappement..C’est quand même un comble en pleine foret!

L’orage de la nuit aura fait tomber de nombreuses bogues de châtaignes.

J’arrive après 470D+ en 40′ au hameau de Montjean. J’en profite pour taper dans ma mulebar « liquorice » périmée. (oui, j’ai mélangé mes barres et j’ai consommé les plus récentes en premier..).  Pour tous vous dire, avec une date de péremption au 15/09 elle était encore bien moelleuse et goûteuse.

Voila maintenant je vais pouvoir m’attaquer au gros morceau, une montée sèche de 300D+ sur 700m…

Et c’est bien gras. Je suis ici en mode marche, impossible pour moi de courir.

Je vous promets que je n’ai pas fait exprès, mais je suis arrivé au Montsec (1049m d’alt.) à 10h pile! Certains détracteurs scanderons au montage, quel intérêt..Toutefois pour les plus pointilleux, il devait être 10h02 car ma montre est réglée sur la badgeuse du boulot! 🙂

A ce moment précis, la runnosphère s’élance pour rejoindre Versailles, et dd2012 doit être dans les starting-blocks face à son premier terril!

770D+ en 1h20, ça devait être le terme de ma sortie, mais je me sens bien et décide d’aller un peu plus haut vers le col de la madeleine, pour bénéficier d’un beau panorama.

La suite du parcours se fait sous le soleil et  le long d’une route goudronnée avant d’arriver sur un plateau d’alpage à 1183m d’alt.

Voila , pour ces 7 km et 975D+ il m’aura fallu 1h40 pauses comprises. Je suis plutôt satisfait.

Je profite du panorama  au col de la madeleine :  Face à moi le massif de l’Oisans et le célèbre Taillefer emblème du TTT.


Petite vidéo (bien médiocre) :

Le retour se fera en 48′ avec encore quelques arrêts photos.

Dans la descente j’entends un bruit sourd derrière moi…Il s’agit d’un cerf et de deux biches qui me suivent et me dépassent à quelques mètres de moi en contre bas du GR avant de disparaître. Une dizaine de secondes magiques!

Petite arrêt au parc du château de Vizille..Il y a moins d’une heure, j’étais la haut.

DD2012 doit en avoir fini aussi avec ces terrils,

et la Runnosphére doit être arrivée à Versailles. Tout comme eux doivent le faire,  je récupère face à ce château, berceau de la révolution Française.

C’était mon petit clin d’oeil  aux compétiteurs de ce dimanche matin et grace à eux j’ai découvert un nouveau spot!

Grenoble – Chambéry : Aller en Trail, retour en Train


Je voulais partager avec vous une superbe vidéo de Timothée Nalet  (qui s’était lancé au printemps dernier sur le tour du Vercors)

Ce week end, il a réalisé avec deux amis une traversée de la Chartreuse reliant Grenoble à Chambéry par les GR en une journée (80km et 4100D+).

Pour en savoir plus sur cet exploit

Triptyque espagnol : 3 ème partie


Dernier volet de ce Triptyque. Il s’agit de la suite du chemin de ronde.

A 8 heure du matin ce vendredi 2 septembre, après 10 minutes de voiture je rejoins la dernière maison d’Almadrava pour retrouver la suite du GR92 là où commence le Parc du Cap de Creus.

Apres ce joli panneau, le départ et un peu difficile à trouver, et je me trompe . Petite déformation de montagnard, je choisi la route qui monte et heureusement  j’aperçois en contre bas le sentier. Il fallait descendre, entre un grillage et une maison, on peut pas faire plus discret..

A peine quelques centaines de mètres et petit regard dans le rétro. Les habitations sont maintenant loin et j’en prends deja plein les yeux.

Quel plaisir d’être seul avec la nature sur cette sente étroite entre pins et bord de mer.

Apres une belle descente très abrupte, que l’on peu voir sur cette photo, j’arrive à la « Cala Murtra » avant de reprendre de la hauteur.

Le sentier continu pour s’ouvrir vers une nouvelle Cala sauvage  : « Rostella ».

c’est un peu vertigineux avant d’arrivé à cette plage où j’aurais bien été piquer une tête!

Il me faut toutefois faire demi tour après 4km. Sur le retour je prends un peu plus de temps pour faire quelques clichés, le soleil étant plus present.

Je prendrai aussi  le temps de descendre à la « Cala Llado ». Ici était extrait autrefois du marbre dont on peut encore voir la carrière à droite de la photo.

Cette Cala vue d’un peu plus loin sur le chemin du retour.

Sur la fin du parcours, je n’y avais pas prêté attention dans le sens aller, je découvre d’anciens bunkers et j’effectue un petit crochet pour voir ça de plus près,

avant de redescendre sur le GR qui me ramène jusqu’à la voiture.

La plus belle des sorties de la semaine et peut être de l’année. Sur seulement 8km j’ai pris un plaisir fou dans ce parc resté à l’état sauvage, à seulement quelques encablures des plages et des habitations. Comme quoi on peut vivre aussi des moments forts sans forcement faire des grandes sorties.

Voila en resumé ce que je voulais partager avec vous de cette petite semaine de vacances.

Biensur il n’y a pas eu que la course à pied,  j’ai aussi profité d’autres choses résumé ici sous la forme……. la forme d’un triptyque, biensur!   😉

Triptyque espagnol : 2 ème partie


Ma deuxième sortie de la semaine, toujours à Rosas, c’est effectuée au départ de l’appartement le jeudi vers 8 h du matin sous un ciel couvert pour une balade  de 10 km  en « bord de mer ».

Après avoir longé les plages sous le regard de drôles de personnages,

et passé le centre ville et le port, je retrouve ici le GR 92  pour « le chemin de ronde ».

Les chemins de ronde doivent leurs noms aux tours de garde que les patrouilles, chargées de surveiller les contrebandiers, effectuaient autrefois le long du littoral.

On trouve aussi en France un bon nombre de chemins des douaniers semblable à celui-ci.

Le parcours est bien défini et aménagé, un régal! A force de prendre des photos je finis par me faire doubler à mon grand plaisir, me permettant ainsi de mettre en scène ce décor.

Ceux qui habitent ici doivent apprécier un tel chemin, des escaliers, des virages, c’est très varié et le temps passe bien vite.

Après le passage d’une première plage « canyelles petites » (que l’on devine en fond sur la photo ci dessus) le sentier continue en terre battue. La brume commence à se lever, et le soleil pointe sont nez.

Je ferai demi-tour ici après 5 km et 35′. Petite pose sur un rocher avant de repartir.

Toujours autant de plaisir sur cette coursive entre les lauriers roses, le bruit des vagues,

et ce passage sous un grand figuier, le top! Effet 3D panoramique et en odorama, que demander de plus.

Sur le chemin du retour, mémorial en souvenir du naufrage il y a 70 ans

du St Prosper victime de la guerre  civile espagnole. Le bateau est là, par 60m de fond, en visant au travers de cette stèle orientée exactement à l’endroit du drame.

De retour à l’appartement il est encore un peu tôt et j’en profite pour déchausser et me faire une » thalaso pieds » le long de la plage encore vide.

Seules quelques mouettes aurons laissées des traces insolites qui disparaîtront bien vite d’ici quelques heures.

Voila pour cette deuxième sortie plus orientée bord de mer, et rendez vous pour la dernière partie avec un deuxieme « chemin de ronde » plus sauvage!

—/—

Triptyque espagnol : 1ére partie


Retour sur la semaine dernière durant mes vacances à Rosas en Espagne où entre mer et piscine, je me suis octroyé trois sorties matinales.

Je n’avais pas eu le temps d’étudier le coin avant de partir, et j’avais pris les baskets dans le but de faire au moins quelques promenades le long des plages.

En arrivant à l’appartement, petit souci avec un interrupteur récalcitrant…J’ouvre alors l’armoire électrique pour un contrôle des fusibles et un papier tombe à mes pieds:

Je suis bénis des dieux, c’est une carte de randonnées !

Je découvre alors tout le potentiel de cette région entre montagne et bord de mer. Et j’ai une pensée pour Clara et Noostromo qui n’etaient pas très loin d’ici il ya quelques temps.

 

Voici donc ma première sortie :

  • Entre route des mégalithique et sommet de « Puing Rom »

C’est les vacances, et de plus la route qui monte au départ de cette sortie n’est pas très praticable en courant, je serais donc monté au point de départ environ 150m D’alt. en voiture.

Le but de cette sortie, aller découvrir des menhirs et des dolmens. Je ne pensais pas trouver ça par ici.  Pour moi les menhirs ça sonne plutôt Bretagne. En plus c’est un peu sur les hauteurs,  je ne peux que me faire plaisir.

Vers 8h15 je me trouve au départ devant un panneau bien fatigué et un balisage très « intuitif ».

la première partie se fait sur un chemin pavé avec des ruines, moi qui adore ça, je suis deja aux anges :

le chemin continu et conduit  au Dolmen de » la Creu d’en Corbertella » (3000 avant J.-C)

Dolmen de la Creu (la dalle du dessus pèse 4 tonnes!)

 

Le chemin se poursuit et je croise un autre coureur deja sur le retour. maintenant je suis sur un petit sentier entre de nombreux murets de pierres :

C’est très original et je prends beaucoup de plaisir à courir sur ces anciens chemins de transhumance.

Un peu plus loin une ancienne cabane en pierre en peu semblable a celle de Gordes en France.

ça monte, ça descend, j’essaie de suivre l’itinéraire indiqué mais sans aucune certitude.

J’arrive enfin au Menhir de la Casa Cremada. Je suis en contre jour…C’est assez mystique :

En arrivant à la voiture, j’ai encore du temps et décide d’aller sur le petit mont face à moi pour un petit dénivelé de 150m environ.

Par une route non goudronnée je rejoins Puing Rom. Là de superbes maisons et une vue imprenable  (ça va souvent ensemble d’ailleurs)

ça grimpe toujours et encore de belles villas…

J’atteins le sommet où une femme joue avec ces deux chiens non attachés (j’aime pas trop ça) et je ne traîne pas trop.

Dernière vue sur la baie de Rosas avant de faire demi tour.

Une première sortie où durant 8 km et 200D+  seulement j’aurai parcouru plus de 5000 ans…passant d’un dolmen à des villas bourgeoises.

A suivre….