Experimentation : Peut on trouver de la fraicheur en plein désert?


 

Ce Jeudi 12 juin, les température étaient annoncées au dessus de 30 c°, alors comme souvent dans ce cas, le midi, j’ai pris la direction des Vouillants.

Entre 12h et 14h en plaine on pouvait relever progressivement de  28.8°c à 32.1°c

DJJR

Cela fait de nombreuses années que je voulais faire cette petite expérience :

« Fait il plus frais en plein désert un jour de grosse chaleur? »

« Mais qu’est ce qui dit »? Il aurait pas pris un coup de chaud le Vinvin20?

Non!

Le Désert c’est celui de « Jean-Jaques Rousseau » :Un passage entre deux falaises où notre fameux écrivant adorait herboriser durant ses séjours près de Grenoble :

djjr1

je suis donc parti avec un vieux thermomètre digital d’appartement pour vérifier si ça valait le coup de faire 300D+ pour se rafraichir.

Dans la montée je sors l’appareil et le place quelques instants sur une pierre a l’ombre :

Photo5929

Au sortir d’une bonne partie ombragée en sous bois où j’ai gardé mon thermomètre à la main, la température  a baissé, mais j’ai aussi grimper 100m!

(en théorie, La température décroît avec l’altitude d’environ 0,6 °C pour 100 m )

Photo5933

Nouvel observation au replat du pré Faure :

Photo5935

Mais c’est surtout dans la partie intérieur du désert que je voulais en savoir plus, et ça se confirme déjà ici :

Photo5939

ça devient enfin respirable!!!

Pour pousser encore plus loin l’expérience, je décide de laisser le thermomètre  dans un endroit à l’ombre et je pars profiter de la fraicheur, me laissant 10′ pour venir récupérer l’appareil.

Entre temps, je sort du désert pour profiter du paysage.

Photo5949

 

Me revoilà sur les lieux et le verdict tombe :

Photo5955

 

OUI! Il fait plus frais en plein désert! 🙂

Prés de 7°c de moins.

Alors ça vaut le coup de faire une petite grimpette (en sous bois) pour aller se rafraichir ici.

Pour ceux que ça intéresse, vous pourrez, en cliquant sur cette photo,  télécharger un fichier Google Earth avec l’emplacement de mes photos (heures et altitudes) :

JJR KMZ

Pour ceux qui ne veulent pas souffrir dans la montée, un accès direct est possible en voiture par la route de St Nizier (voir ici).

Mais pour ma part, je trouve que ce havre de fraicheur, c’est un peu la récompense de cette grimpette 😉

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Un portage à la carte!


Voila bien longtemps que je cherchais un portage léger et modulable.

Et c’est juste avant les soldes chez Koodza Chambéry, que je suis tombé sur cette promo :

ceinture koodza

Vu le prix, je n’ai pas hésité, puisqu’à décathlon la même ceinture avec seulement 2 bidons est à 19.95€.

Et c’est exactement ce que je voulais!

Quatre bidons de 110ml à scratcher où l’on veux sur la ceinture.

IMG_0073

IMG_0061

Et enfin la possibilité de ne pas avoir forcement un bidon de 500ml collé dans le dos pour une petite sortie derrière la maison.

De plus au niveau rangement rien a redire. Une première poche zippé externe qui peut contenir facilement un paquet de mouchoirs, des clefs ou autre.. Des petits segments élastiques pour des gels.

IMG_0062

Pour ma part, j »y clipse mon apple shuffle sans soucis  😉

Photo1924

Cette première poche s’ouvre et à son revers on trouve un emplacement pour quelques informations personnelles qui peuvent être bien utiles. (sous cette photo, j’ai glissé le numéro de téléphone de la personne à prévenir en cas des soucis..Sait on jamais)

IMG_0069

Voici donc maintenant une deuxième poche zippé plus grande qui accueil mon téléphone portable. (mais vous n’y mettrais pas un i-phone 4s)

Vous remarquerez aussi la fonction « porte dossard », dont je ne devrais pas avoir utilité pour le moment. 😉

IMG_0068

Après l’avoir testé sur plusieurs sorties, j’avoue qu’elle répond  à mes attentes.

Je suis même sortie (avant la canicule) avec un seul bidon, et lorsque l’on est en ville on peut toujours faire le plein aux fontaines. D’ailleurs il y a une appli. « Eaupen » (en cours de développement) pour ça!

Et même sans bidon, l’hiver, grâce a cette ceinture, on peut avoir sur soi son portable et quelques affaires personnelles..Combien de fois suis je sorti avec mon porte bidon sans bidon, juste  pour avoir de quoi ranger mes clefs et mon téléphone.

Petit point négatif qui est relevé d’ailleurs par d’autres utilisateurs, la ceinture tourne parfois d’environ 10 à 15cm, mais pas plus. Rien de bien gênant, en tout cas à mon allure 😉

Pour ma part je n’ai jamais perdu de bidons en route.

Enfin, rien a dire par rapport au prix, et je trouve le concept bien étudié. On peut rajouter aussi des portes bidons plus grands et des poches de rangement.

En tout cas si vous cherché un petit portage c’est un bon produit.

Je rajoute que ce billet n’est pas sponsorisé,  Je voulais juste vous faire part de mon expérience.

Courir avec des solaires


Photo1921 C’est parce que je n’ai jamais couru avec des lunettes de soleil que j’ai accepté la proposition de Mister Spex, spécialiste de vente de lunettes en ligne. mister spex Mon choix se sera porté facilement vers une paire de lunette de sport, plutôt approprié au vélo, mais qui me conviendra bien. Il faut dire que sur le site on a même la possibilité de télécharger sa photo pour voir a quoi on ressemble, c’est d’ailleurs assez amusant 😉 001 Voila donc mon choix :

uvex

Uvex  Radical Pro S

Cette paire est livré avec 3 verres différents interchangeables (transparent, jaune, et foncé), dans un  étui assez costaud. Venons en au test proprement dit : Au depart du stade Bachelard, le temps ce jour là etait plutôt lumineux et éblouissant, avec un ciel blanc.

comparatif avec sans

Sans protections                                                           Avec protections

Dés les premières foulées mes craintes étaient écartées. J’avais en effet un peu d’appréhension quant a la tenue des lunettes en courant. C’est toujours ce qui m’a freiné à en porter lors de mes sorties. Mais celles ci sont bien adaptées, avec des reposes-nez ergonomiques et des branches flexibles le maintien est parfait. bachelard 27 juin 13 test lunettes cap (7) Je les utilise aussi pour conduire, et je dois dire qu’elles ont un look plutôt sympa, non? 😉 bachelard 27 juin 13 test lunettes cap (22) Reste à essayer les verres « jaunes » intermédiaires, mais maintenant que le soleil à enfin décidé de nous accompagner, on remettra ça à plus tard 😉

Station de Trail du Vercors : Test du Parcours N°1


C’est sous un beau soleil (après deux jours de pluie continue) que j’ai pu tester en ce lundi de Pentecôte le parcours n°1 de la Station de Trail du Vercors à Villard de Lans.

staion trail vercors

Sur le site internet on peut télécharger gratuitement les parcours et du coté de l’office du tourisme, ceux ci sont disponibles contre quelques centimes d’euros. Reste plus qu’a suivre les panneaux!

parcours 1

Vous trouverez en cliquant sur la photo ci dessous le fichier .kmz (visible sur Google Earth) de ma sortie, avec mes photos prisent tout le long du parcours.

Balcons de villard google earth

Les départs se font au pied de la colline des bains (Luge’park) devant cette cabane.

Villard 18 a 20 mai 2013 (104)

Ensuite il suffit de suivre son itinéraire.

Villard 18 a 20 mai 2013 (20)

Mais c’est peut être ici la partie la plus confus, car pas de réel chemin, le principe étant de gravir la colline pour rejoindre le lycée climatique à son sommet. Pour ma part j’aurai suivi les tapis remontes-luges. 😉

Villard 18 a 20 mai 2013 (26)

Après plusieurs jours de pluie, les contrastes sont excellents et la brume se dissipe peu à peu laissant apparaitre le village de Villard en contre bas.

Villard 18 a 20 mai 2013 (36)

En arrivant au lycée je rencontre ici le seul et unique soucis d’orientation sur ce parcours. En effet, comme le montre la photo ci dessous, au niveaux des arbres, le parcours nous fait partir sur la gauche sur une petite descente et doit reprendre un peu plus bas sur la gauche pour remonter…Sauf que a cette intersection rien d’indiqué alors je continue dans ma lancée…Pas d’autres panneaux..il faut me rendre à l’évidence et faire demi-tour! Je ne comprend pas ce choix..Il aurait été plus judicieux a mon sens de rester sur le chemin principal (flèches bleues)..Cette déviation n’apportant rien de plus sinon une possible erreur de parcours..

lycee climatique

Tout le reste n’aura été que bonheur.  Au « pont de l’Amour », qui a d’ailleur donné son nom à un joli Trail,  il ne faut pas traverser, mais suivre le chemin qui borde la Fauge. .

Villard 18 a 20 mai 2013 (50)

Un peu plus loin, je vous conseille de faire un petit détour volontaire..Le trailleur aime la nature, alors une cascade à 100m seulement ça vaut toujours le coup d’oeil.

Villard 18 a 20 mai 2013 (63)

Enfin , moi je vois la course à pied de cette façon..Et pas de risque de se perdre, c’est un cul de sac!

Villard 18 a 20 mai 2013 (69)

Après une belle balade en foret, avec à chaque intersection une signalisation sans faille, je me retrouve au dessus des « Glovettes » au bas de la station de Cote 2000.

Villard 18 a 20 mai 2013 (86)

La descente commence ici, et c’est un vrai régal!  J’avais dans l’idée de faire mon retour sans arrêt, mais c’était sans compter sur les paysages qui s’offrent à moi  ici. Et même si j’ai pris mon temps pour contempler les vaches, je ne me suis pas assis malgré les avances de ce banc. 😉

villard 20 mai 2013 (2)

De retour sur la colline des bains je me retrouve alors sur ce chemin (via vercors en cours de réalisation) avec des trop gros cailloux semblables à du ballast de chemin de fer par endroit, où je me suis d’ailleurs tordu  la cheville..Je finirais le parcours sur le bord du chemin, dommage, ça donnait pourtant envie de lâcher les chevaux..

villard 20 mai 2013 (16)

En résumé :  Ce parcours n°1 avec  ces 8km et 350 D+,  le plus facile, permet de découvrir de magnifiques paysages entre foret et pairies, à l’écart du village sans pour autant trop s’en éloigner.

J’avais pris avec moi la fiche du parcours que j’ai consulté par moment malgré le fléchage..Juste pour vérifier que j’étais bien sur le bon tracé, car en courant il n’est pas toujours facile de voir les panneaux..La logique m’en aura surement fait zapper quelques uns, mais j’ai toujours été sur le bon chemin…mise à part mon incident au  niveau du  Lycée.

Villard 18 a 20 mai 2013 (105)

Avec moins d’un an de recul (voir ici le reportage de BFM), la station reste humble et à l’écoute de tous.

Je ne manquerais pas de revenir dans les prochains mois pour découvrir les autres parcours….A ma portée 😉

Tour de France : Un contre-la-montre pour moi aussi!


Retour sur le tour de France et notamment sur l’étape de Grenoble. Une journée bien remplie, entre spectacle, cyclisme et course à pied.

Spectacle, avec la caravane. Nous prenons la direction d’Eybens un peu avant 9h00. Il fait frais et la pluie vient juste de s’arrêter.

C’est parti pour 35 minutes de lancé d’objets publicitaires en tous genres. Ma fille a adorée et je lui dit qu’exceptionnellement, compte tenu de l’étape, il nous est possible de revoir le défilé du coté de St Martin d’hères. Ni une ni deux, on prend la voiture et 3 km plus loin, nous sommes en place avant le retour de la caravane. Et c’est reparti. Mieux placé cette fois, nous sommes inondés d’échantillons, casquettes, portes clefs dont un joli « Buff » du grand duché du Luxembourg.

Vers 14 h je prends le direct à la TV et me prépare pour ma sortie footing du jour.

Au programme :  Aller voir les coureurs dans la montée de Tavernolles, jusqu’au maillot jaune, puis revoir les coureurs une deuxième fois avant l’arrivée à Grenoble.

  • Etape 1 :

Il est 15H00 lorsque je quitte la maison, avec mon sac Kalenji, contenant mon APN, une petite bouteille de 25cl d’eau, une barre de céréale et la liste des coureurs avec heures de passages. Je pars habillé en Columbia Fluid run half zip (manches retroussées comme d’hab.) et caleçon long.

Le chemin passe dans la foret juste au dessus de la route où j’entends deja d’ici les applaudissements et encouragements.

J’arrive à 15h22 après 3km et 130D+ vers le kilomètre 6 du parcours, les coureurs ont entamés la montée depuis 1 km environ.

Peu de monde ici. Je sors ma liste et mon appareil photo et c’est parti pour une heure de spectacle!

Petite pensée pour mon ami Luc au passage du Canadien Hesjedal :

Puis toutes les 2 minutes s’enchaîne  les coureurs, Coppel.. Rolland…Basso..Contador..Voeckler, Evans. Il est alors 16h25 lorsque le premier des Frères Schleck passe devant moi :

Je regroupe mes affaires car Andy  alors maillot jaune (dernier coureur) est sur le point d’arriver.

C’est maintenant à moi de  commencer mon contre la monte .

  • 2 eme etape :

Rejoindre St martin D’hères en courant le plus rapidement possible afin de revoir un maximum de coureurs.

Et c’est parti! A fond les manettes je reprends le même chemin . Je suis doublé par de nombreux VTT qui semblent vouloir faire la même chose que moi. Je suis par contre le seul à  avoir eu l’idée de le faire en mode course à pied.

Je maintiens un bon rythme  et c’est assez grisant. Vais-je arriver à temps?…Il n’y a que 5 km à faire, mais lorsque j’ai quitté le maillot jaune il avait deja fait 6km sur les 42.5 et mon point de chute se situe  2 kilomètres avant l’arrivée (sachant que les coureurs font la boucle complète en moins d’une heure). C’est pas gagné.

Sans avoir rien lâché, pas même un feu rouge, mon contre la montre de 5km se termine enfin :

Je suis assez surpris de mon temps et assez fier.

Une moyenne de 11,8 km/h, et je ne suis pas à l’agonie!  La motivation était là.

J’arrive au passage de Sanchez, je vais donc revoir dans deux minutes environ Contador, et les suivants.

Il fait maintenant chaud ici et je me suis un peu trop habillé, mais heureusement je suis au bon endroit:

Quelle vitesse sur le plat! J’arrive à « shooter » Voeckler, le chouchou des Français sur ce Tour 2011.

Et après le passage des frères Schleck,

je reprends le chemin de la maison par la piste cyclable.

Je me suis bien fait plaisir durant cette apres midi, avec ce contre la montre cycliste .

Je suis plus que satisfait, j’ai réussi ce que je voulais faire, voir les coureurs deux fois et ces 5 km à 11.8km/h, même si certain n’y trouverons rien d’exceptionnel, ont été pour moi révélateur d’un bon état physique et mon rebooster moralement. Cela aura été un peu le rayon de soleil qui manquait à ma première semaine de vacances.

Trail de l’oisans : de la pluie sur les corps mais du soleil dans les coeurs


Le week-end end special Taillefer trail team a démarré pour moi  samedi après midi. C’est au alentour de 15h, sous une température de 29°c, qui je récupère à la gare de Grenoble, Clara et Nicolas.

On se retrouve comme si l’on s’était quitté la veille, et pourtant, notre dernière rencontre datait de Février.

Direction Ornon, pour retrouver, au gite du Chamois, le reste de la Team :

Après la montée depuis Grenoble, le temps s’est bien couvert. A notre arrivée, nous retrouvons sur place David, Virginie et Christophe venus la veille.  Arrive enfin le reste des trailleurs:

Michael, Jean-Marc, François, Fabrice et son ami Dominique.

S’en suit la première assemblée générale de l’association et c’est deja l’heure du repas, avec au menu, un bon plat de lasagne.

C’est aussi  l’heure  des signatures : Nous voici enfin « administrativement » membre du TTTrail :

Virginie en plein effort

C’est vers 22h30 que nous prendrons la direction des chambres pour une nuit agitée, où le  sommeil n’arrivera pas. Aller se coucher tout de suite après le repas, c’est pas dans mes habitudes…

Le matin, à 6h00 le réveil est bien  difficile  pour tout le monde…Et après avoir ouvert les volets, on découvre toujours un ciel chargé et une température bien fraiche. s’en suite alors le fameux dilemme de la tenue idéale….Court, long…veste…coupe-vent…

Je découvre là pour la première fois que courir loin de la maison n’est pas chose facile, et j’ai du mal a trouver mes repères, un t-shirt à droite, une veste sur le placard…Où  ai je mis mes gels? Qu’ai je fais des épingles pour le dossard?  Tout ça avec 4 autres personnes dans 10m2, pas évident..

C’est l’heure de rejoindre Ornon à 10 min de voiture pour le départ du Trail, avec un brouillard qui va vite laisser place à la pluie.

Le départ du 30km est donné à 8h30, avant le 10 km et le 20km qui partent ensemble à 9h.

Nous regardons partir Michael, David, François, Dominique et Bruno sous la pluie qui s’intensifie. Notre tour arrive vite, et nous rejoignions le point de départ 200m en contrebas.

Je me place un peu en retrait au côté de Clara, Virginie, Nicolas et Christophe. Fabrice se met en retrait, avec les marcheurs…Il n’y restera pas longtemps 😉

Et c’est parti pour une montée « sèche » de 800D+ sur un peu plus de 6 km. Lors des premiers kilomètres  les glissades sont nombreuses et il faut avoir l’œil partout. Nicolas part devant, et quelques temps plus tard,  c’est Fabrice, qui me remonte et me dépasse tel un chamois, je comprends alors que même blessé il est d’un niveau bien au dessus du mien. Je suis content pour lui qui semble avoir aujourd’hui retrouvé ses jambes et quitté son bocal.

Nous arrivons à  un hameau où l’on retrouve ici le ravitaillement en eau. D’après les bénévoles, nous n’avons fait que 300D+, j’avais l’impression  d’en avoir au moins fait 500!!!

Pas de replat, ça grimpe toujours et toujours avec la même intensité. J’ai a ce moment là un petit coup de mou, prêt à lâcher prise.

La pluie se calme un peu et je quitte la veste Colombia Mission Ridge que je teste pour la première fois.

le chemin sort enfin de la foret et on arrive sur un magnifique plateau, le temps se lève un peu et nous laisse découvrir quelques sommets.

On rejoint alors une piste moins pentue  où je me remet à courir.

Et c’est reparti pour encore 1.5km de montée avant le sommet que j’atteins en 01h10.

Avant de plonger dans la descente, je fini la demi Mulebar reglisse entamée dans la grimpette et  je prends le temps d’enfiler mon coupe vent.

Là on retrouve les coureurs du 30km, et ça descend vite. Moi je joue l’assurance, car ça glisse,  surtout dans la foret, où le sol est tapis de feuilles mortes, véritables pièges!

La fin est proche plus que 50m….. oui, mais 50m de montée,  je trouve la force de les courir et je termine en 1h49.

Après cet effort je ne peux rester en place et je dois marcher pendant un bon moment.

Le reste de la Team arrive petit à petit, Clara, Virginie, et Christophe, puis Nicolas, François, Bruno, Michael, puis  David et Dominique .

Après quelques navettes Gite/Ornon pour les douches, nous nous retrouvons sous le soleil pour un repas bien mérité durant la remise des prix.

Un petit Génépi (merci fab) et c’est deja l’heure de refaire les sacs et de redescendre dans la vallée, les corps bien fatigués mais des souvenirs plein la tête.

Je retiendrais de ce week end pluvieux :  la difficulté d’un trail de montagne.

Mais je retiendrais principalement tout le soleil qu’à généré cette rencontre, l’échange et le partage d’ une même passion entre amis, venus pour se faire plaisir.

A mon retour, je mets mes affaires dans la machine à laver…Tiens, ils sont mouillés…aurait il plu ce week end?

je n’en n’ai pas souvenir……

Prochaine vol de la Team,  le 21  Octobre : direction les Templiers.. Préparez vos billets !! 😉

Mon avis sur les T-shirts Columbia


Après Michael et Lexel , à mon tour de donner un avis sur les deux T-shirt Columbia remis à quelques membres du TTTrail  début Mars.

J’ai bien évidement utilisé en premier :  le Columbia Fluid run half zip qui est un manche longue.

Il m’a accompagné sur plusieurs sorties, principalement les sorties du dimanche matin avec des T° inférieurs  à 15°c et en mono-couche. Rien à dire au niveau de la qualité du produit ,  je n’ai pas eu de sensation de mouillé et l’évacuation de la transpiration est bien réel, et ce même avec le sac a eau dans le dos.

Aprés plusieurs utilisations , je me rends vite compte que je l’aurais aimé en version manches courtes. Sur la plupart de mes sorties , j’aurais fini les manches retroussées. Il faut dire que l’ampleur de celles ci crée un flottement que je trouve gênant à la longue et pour être « Fluid », il l’est pour moi un peu trop!

Même si je suis petit, les manches sont trop longues et surtout trop amples

J’ai apprécié le col montant en mode Zip fermé, par contre l’ouverture importante de celui ci ne m’a pas emballé, puisqu’à l’ ouverture du zip même à mi- course on perd en tenue…le T-shirt part dans tous les sens, et la aussi je suis vite gêné  et j’ai souvent jonglé entre ouverture et fermeture.

La texture est agréable , même si la maille reste fragile, puisqu’un simple ongle mal taillé à suffit pour faire sortir un  fil.

Dernier point : La poche MP3.

Le jour où j’ai voulu l’essayer, j’avais deja enfilé mon  T-shirt et j’ai vite abandonné, après avoir bataillé un bon moment, car mon Ipod Shuffle ne rentrait pas et le passage pour le fil du casque demandait aussi une certaine dextérité. J’ai refait le test T-shirt face à moi.

L'ipod ne passe pas en largeur, il faut l'enfiler en long puis le rebasculer une fois à l'intérieur

Pour le Shuffle, il est quand même bien plus pratique en mode clipsé sur le short!

-En conclusion : Le Columbia Fluid run half zip reste un bon  T-shirt, son lavage et séchage est rapide, j’ai toujours plaisir à l’utiliser même si en ce moment avec les températures d’été que nous avons, son petit frère le « Trail Pro 2 crew » lui fait de l’ombre.

Suggestion à Columbia : si vous pouviez me le faire en mode manche mi-long, ça serait le top!

Comme je le dis le Trail Pro 2 Crew de Columbia  a vite pris la relève avec un  mois d’Avril qui à battu des records de chaleur.

Je l’ai  utilisé pour les sorties du midi.

Il est tout simplement remarquable par  sa douceur, et c’est pas Doune, Lexel et Lamiricoré qui diront le contraire…Sur ce point tout le monde est d’accord.

Contrairement  à son frère  pourtant de même taille (M), le Trail Pro 2 Crew est très prêt du corps et il se fait vite oublier.

Concernant l’évacuation de la transpiration je rejoins ici l’avis de Lexel.

Voici deux photos,contrastes volontairement forcés, afin de mettre en évidence les points restés mouillés après une heure seulement de course :

De face : le torse reste mouillé

Au niveau du dos pas mieux, le maillage ramène la transpiration au niveau de la colonne vertébrale mais l'évacuation ne se fait pas complètement

Ce test avait été fait avec une température de 23°c environ. Avec des températures plus hautes l’évacuation se fait mieux, mais je ne le mettrais pas avec une poche à eau, car trop fin et il doit être inconfortable (sensation d’avoir le dos trempé).

En conclusion :

ça reste un bon T-shirt très très confortable, j’avoue n’avoir jamais ressenti une telle sensation de douceur auparavent.

Il est facile d’entretien et sèche rapidement. pour ma part je le trouve moins fragile que le « Fluid Run » , le maillage étant plus serré.

J’ai toutefois eu « des coups de froid » notamment dans des zones ombragées..Peut être du au fait qu’ il reste mouillé .

Voila l’avis d’un simple trailer qui court juste pour se faire plaisir…Vous comprendrez donc que je n’aurais pas poussé ces T-shirt dans des conditions extrêmes.

Je ne leurs auraient simplement demandé que ce pourquoi ils ont été créés :

Etre porté par le coureur le plus commun des mortels.